Clinamen #8 : vers Japan Expo

Le week-end prochain, je serai à Japan Expo sur le stand de l’association Kejhia (hall 6, stand N664), fraîche et dispo pour pitcher les mangas amateurs qu’on publie : Color of the Heart, Une Partie de Chasse (que j’ai traduit en anglais pour l’occasion avec l’aide de Shini, gros boulot), Les Ailes de l’Espoir

Du côté de Clinamen, c’était aussi l’occasion d’essayer d’aboutir à une version jouable sur le festival.

Tellement jouable qu’elle a un écran d’introduction. Temporaire, je vous rassure.

 

Le calcul était simple : j’ai codé un tiers du jeu, il suffisait donc de réaliser les assets associés (persos, décors, musique…) et hop ! Magnifique, la première journée du jeu disponible, à l’image de ce qu’il y aura dans la version finale. Et puis, je voulais réécrire certains passages qui étaient bien trop longuets, voire insupportables quand je les mettais dans la perspective d’une démo jouable en convention (où généralement on est peu disposé à se concentrer et se taper une pavasse de texte rébarbative).

Sauf que les deadlines ça ne fonctionne jamais comme on veut, et les semaines avançant, il a fallu concocter un plan B.

 

Le plan B : vous soudoyer avec des badges que j’offrirai à ceux qui terminent la démo. Je déconne à moitié : c’est pas mon plan B, mais les badges seront bien là, eux ! J’en ai fait des différents en fonction de votre manière de résoudre la situation finale… Oui oui, ça m’a beaucoup amusée (J’ai l’espoir secret que quelqu’un gagnera l’unique badge “J’ai vu venir le plot twist à 20km”)

 

Le plan B, ça a été de concevoir une démo spécifique pour Japan Expo, où je m’autorisais à dégager du texte, couper dans le tas, etc, etc (plutôt que de réécrire une introduction différente). Pour aller plus vite vers l’action, j’ai aussi fait en sorte que ce ne soit pas une action précise du joueur qui aboutisse à la scène suivante, mais que le joueur y accède de toute manière au bout de 3 actions aléatoires. Et puis j’ai éclairci la navigation dans les dialogues qui était brouillonne (l’est-elle encore ? j’espère le voir aux réactions des joueurs qui testeront la démo).

Et donc, finalement, à la surprise générale : cette version épurée “juste pour Japan Expo” est bien meilleure que la version initiale, donc c’est elle qui restera dans la version finale. L’introduction “alternative” que j’avais envisagée serait peut-être meilleure dans l’absolu (et encore ?), mais elle me demande 3 fois plus de visuels…

La morale de l’histoire : une fois de plus, les deadlines, ça sert.

 

Bon et sinon, il me reste quand même quelques assets à pondre d’ici samedi : l’antagoniste de la démo, le visuel qui sert à la “cinématique” d’intro, et les expressions des persos si j’ai le temps. Aujourd’hui, je vous présente : l’antagoniste de la démo. (J’ai usé de photo réf, j’ai pas un rendu semi-réaliste comme ça naturellement)

Je ne vous donne pas son nom, vous l’aurez dans le jeu si vous ne jouez pas comme une brutasse.

A bientôt, sur le stand peut-être ?

4 comments

    • Vcube says:

      Et les pin’s ? Enfin moi je veux du badge.

      Mode très chiant (moi j’ai le droit) :

      La partie mortelle d’un poignard c’est sa pointe, ce n’est pas une arme de taille mais d’estoc, et techniquement il a deux tranchants donc deux fils… Si tu tiens au fil, prends un couteau.

      Létale c’est soutenu, ça peut passer si le style du reste est de la même eau. Sinon mortel passera mieux.

      Enfin la phrase me paraît bancale, seconde virgule en trop ? Et serait plus léger comme ça :

      Il tient un couteau, (une) vieillerie au fil mortel. Ou Il serre… si le type est crispé. Avec pointe ça rend moins bien parce que moins visuel.

      Mode chiant pause

      • Alhia says:

        Les pin’s ça coute plus cher à produire monsieur ! Mais ça revient à la mode, en force…

        Bon, eh bien grâce à votre intervention en mode chiant, le poignard est devenu un couteau. (Plus facile à modifier) Magie !

        Pour la lourdeur de la phrase, merci pour l’alternative, du coup j’ai changé… mais je préfère te prévenir que si tu trouves à redire sur cette phrase, alors tu n’as pas fini de tiquer / de grimacer sur le texte de la démo. Donc c’est avec joie que je t’attribue le titre de Relecteur Officiel, je te filerai le code et tu pourras t’y donner à cœur joie (parce qu’évidemment je préfère tes phrases aux miennes). Comment ça tu voulais pas de mon cadeau (empoisonné) ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *