Tag: event

Café Débat Jeux Vidéo à Rennes

Ce week-end je ne vous parle pas de l’avancement sur Clinamen, mais d’un événement que j’ai découvert, que j’ai beaucoup apprécié, et que je recommande donc. Voilà pourquoi j’en parle, au cas où quelques oreilles rennaises traineraient dans le coin.

Rennaises, car il s’agit de débats autour du jeu vidéo qui se déroulent à Rennes, plus précisément au Since 42.

J’ai pris des photos mais comme j’ai pas pensé à demander les droits à l’image… Je réutilise une de celles sur FB.

Je les ai découverts sur twitter à la faveur des notifications qui poppent sur votre fil d’actualité (du style “Machin s’est abonné à CDJV Rennes”). L’association “Café Débat” et “Rennes” m’a tout de suite intéressée. Déjà parce que j’aime les conférences, les débats, les podcasts, tout ce qui décrasse un peu votre cerveau. Et puis j’étais aussi en quête de moments où parler JV hors du net. Dans mon cercle d’amis avec qui je parle régulièrement et longuement (ce qui est déjà un cercle d’amis très restreint), il n’y a pas de personnes à fond dans le jeu vidéo, et je voulais avoir des occasions de discuter à bâtons rompus du medium. Je me souviens avoir cherché des endroits où parler régulièrement JV à Rennes… et je n’avais pas trouvé (soit je cherche mal, soit je n’ai pas les entrées).

Du coup, le combo débat + rendez-vous mensuel + cadre convivial (j’avoue ne pas être contre quelques bières le vendredi soir) me plaisait beaucoup, et ça m’a convaincue de tenter l’aventure.

J’avais un peu peur de tomber sur un cercle d’habitués difficile à intégrer ou que sais-je. Que nenni ! Les règles de prises de paroles sont strictes et permettent à chacun de participer et trouver sa place.  On vous met à l’aise, et durant les pauses (le débat est en trois parties), le contact se fait tout seul. C’est l’occasion de faire un débat dans le débat avec quelques uns, ou de discuter d’un autre sujet en rapport avec le JV ou non…

Concernant les thèmes des débats, j’ai adoré le premier (Le discours politique), un peu moins le second (Les jeux d’action), tout simplement parce que les jeux d’action c’est pas ma came à la base (et qu’il avait été moins problématisé que le premier, mais on a bien compris que c’était exceptionnel 😉 ). De toute façon j’aime beaucoup les discussions sur le rapport entre forme et sens (ça me rappelle des bons souvenirs de prépa littéraire), du coup j’attends avec impatience le prochain sur l’écologie et la notion de ressources dans le jeu vidéo, ça ne va pas manquer.


Quelques extraits du carnet où je note les jeux vidéos cités / des réflexions pertinentes / les perles (sur “Les jeux d’action”) :

  • 1ère intervention : “Pour moi, le jeu d’action par excellence, c’est le point and click” (autant dire que ça commence pas comme je l’attendais)
  • A propos des jeux d’action au sens “proches / inspirés des films d’action”, la tension entre l’accumulation d’actions à l’écran et l’inaction relative du joueur
  • Tentative de définition en creux du jeu d’action en cherchant des jeux d’inaction
  • Le jeu d’action comme offrant des opportunités de synchronisation des inputs avec l’état de la machine, menant à un état de transe du joueur
  • “Jurassic Poulain” (don’t ask!)
  • La différence entre accessibilité et lisibilité
  • Le héros parfait de jeu d’action : Mario car ce mec sait tout faire ! (plomberie, karting, vous saisissez l’idée…)
  • Réflexion à mener sur les régimes d’action dans un jeu, pourquoi le joueur agit-il
  • La distinction action / acte par Sartre
  • Et une belle métaphore filée de 30 min à base de Fiat, de train et de Rome pour déterminer si oui ou non le jeu transmet un message différent/différemment des autres media

(Vous l’aurez remarqué, j’aime bien les distinctions conceptuelles)


Si vous voulez participer, il suffit de guetter les dates et les sujets sur une de ces pages :

… et de venir au Since 42 à l’heure convenue, avec de quoi grailler de préférence. J’ai testé l’option “arriver bien avant et bosser dans Rennes en attendant” (je conseille) et l’option “arriver pour l’heure dite et faire face au parking de la Vilaine plein” (je déconseille).

Enregistrer

IndieCadeEU 2017

Lundi j’étais en vacances sur Paris, et comme l’IndieCade (festival qui promeut les jeux indépendants) avait lieu, j’en ai profité pour aller y faire un tour.

Première impression sur place : ce n’est pas du tout l’ambiance à laquelle je pouvais m’attendre. Il faut dire que ma seule expérience d’événement exclusivement dédié au jeu vidéo, c’est le Stunfest, ancienne et nouvelle mouture. Ici le Conservatoire national des arts et métiers (que j’ai découvert dans le même temps) pose le cadre, c’est calme, c’est feutré, d’autant plus en arrivant vers 11h d’ailleurs.

Ça tombait vachement bien, parce que personnellement les événements bondés c’est pas trop ma came (et j’ai ma dose avec Japan Expo chaque année). Là, en tant que visiteur, je pouvais jouer sans souci et découvrir des jeux moyennant une attente tout à fait raisonnable, et discuter sans problème avec les devs. Alors que si les files d’attente avaient été plus longues, j’aurais été tentée de me contenter des jeux « que je voulais absolument voir ».

Cela étant dit, j’ai donc découvert des jeux qui m’ont beaucoup plu. Je vais développer mes coups de cœur et parler plus rapidement d’autres.

Vignettes

http://vignettesga.me/

A casual but unique exploration game without text or characters, where objects shapeshift as you spin them around to wander through a kaleidoscope of different moods and settings.

Le jeu n’est pas nouveau mais en tant que plébéienne dotée d’un pauvre téléphone tournant sous Android, je ne pouvais pas y jouer. A mon grand regret car le trailer m’avait vraiment donné envie et semblait correspondre aux trips dont je suis fan. Ça n’a pas raté. C’est entre l’exploration et le casse-tête, et visuellement c’est un régal. J’avais un peu peur de l’aspect « exploration / rechercher à tâtons » au début mais le fait d’avoir une « carte » des objets à découvrir permet de donner un horizon de jeu sans pour autant spoiler les découvertes. Bref ça « frappe tous mes boutons » comme disent les anglophones. Je suis donc très heureuse d’apprendre qu’il devrait sortir sous Android sous peu !

Antioch : Scarlet Bay

http://antiochgame.com/

Antioch is an online cooperative interactive fiction game. You’ll play as one of two detectives working together to solve an intriguing crime. The adventure will bring you to the city of Antioch, a dark metropolis surrounded by mountains and sea.

Celui-ci est en cours/fin de développement et je l’attends avec impatience, je me vois déjà dans un fauteuil en train de jouer avec un acolyte (bien que le jeu gère tout à fait les sessions de jeu asynchrones). Je n’ai pas été déçue par les dialogues, j’ai adoré jouer avec mon partenaire du jour. La dynamique vieux flic / jeune recrue permet vraiment des répliques savoureuses. L’idée d’avoir un profil psychologique qui s’affine au fur et à mesure de nos réponses m’intrigue également beaucoup et j’ai hâte de voir quelles répercussions cela pourrait avoir par la suite. J’ai aussi beaucoup aimé l’ambiance, entre les images et la police de caractères, on a l’impression d’être dans un roman graphique noir. Au niveau investigation ça roule, j’ai juste hâte de voir comment toutes ces phases vont former l’enquête au fur et à mesure du déroulement du jeu. En bref j’ai envie d’avoir le jeu et d’y jouer jusqu’au bout !

Tick Tock : a Tale for Two

https://www.othertalesinteractive.com/

Tick Tock: A Tale for Two is a two-player adventure game inspired by escape rooms where players cooperate and become storytellers. Play together on two separate screens and read out loud to each other in order to solve puzzles.

Un autre jeu coopératif ! Pas de possibilité d’asynchronie ni de jeu à distance à cette fois, il faut les deux périphériques l’un à côté de l’autre. On suit une aventure commune mais les pièces, les objets… différent d’un écran à l’autre. Il faut donc communiquer verbalement pour combiner les informations et pouvoir avancer. C’est très plaisant à jouer ! La veille j’avais fait une escape room axée sur la coopération avec mon partenaire de jeu et j’ai vraiment retrouvé des sensations similaires, du coup je ne suis pas étonnée de voir comment est pitché le jeu sur leur site. Une énigme en particulier m’a vraiment faite tripper car utilisant à bon escient le déplacement vers d’autres écrans à gauche ou à droite. Mais bon, du coup on était tellement rôdés à la méthode qu’on a cassé le record de temps pour finir la démo, 13 minutes s’il vous plaît. Au niveau graphique c’est très clean et efficace pour poser l’ambiance, et j’aime beaucoup la gestion des déplacements (slide gauche/droit pour changer de lieu, slide haut/bas à l’intérieur d’un lieu pour monter ou descendre les étages). Une bonne petite expérience.

Plus rapidement…

Bleep Space

Un jeu esthético-musical où une boucle musicale est répétée. Votre périphérique est formé de plusieurs symboles. En touchant les différents symboles, vous les enregistrez dans la boucle et des formes s’affichent à l’écran. J’adore ce genre d’expériences courtes mais néanmoins très chouettes. (Bonjour, je suis la fille qui a passé des jours sur Electroplankton)

Ticket to Earth

Un « tactical puzzle rpg », comme ils le décrivent sur leurs affiches. Je l’ai trouvé très clean et agréable graphiquement, et son principe est facile d’accès tout en pouvant potentiellement devenir riche et complexe par la suite (la map est constituée de tuiles de couleur qui permettent de recharger ses différents pouvoirs). J’ai clairement pas le temps pour un tactical mais sinon j’y aurais joué avec plaisir.

A guy and his hero

Un god game / jeu de réflexion où vous devez aider un personnage à traverser des niveaux, en VR. Je suis pas très à l’aise avec la VR mais l’expérience était sympa, et il y a quelque chose de grisant à prendre des bouts de bois dans ses « mains » et les poser pour faire passer le personnage.

Dark Train

En fait je n’y ai pas joué mais j’en parle car leur taf’ m’a retourné le cerveau. En fait j’étais persuadée que c’était en CG avec un « effet » papier, et là sur le stand je découvre que ces grands malades ont tout fait véritablement en papier. Du coup je m’en veux un peu et rien que pour la somme de boulot qu’il y a derrière et la direction artistique, je suis curieuse. (J’ai pas joué, je ne me prononcerai pas niveau gameplay)

Detention

Un point and click avec une ambiance particulière. Le genre de jeu auquel je jouerais « tranquillement » (autant que cela soit possible pour un jeu d’horreur…) et avec plaisir mais sans adorer pour autant.

The Sexy Brutale

J’ai regardé un ami y jouer, j’aime beaucoup le principe (rejouer une journée pour éviter des assassinats, tout en débloquant des pouvoirs nouveaux à chaque vie sauvée), je suis moins fan de la DA mais c’est vraiment une question de goût parce qu’elle est très chiadée.

Je n’y ai pas joué, mais j’ai un mot d’excuse

Another Lost Phone : Laura’s Story

Je l’ai déjà fait ainsi que son précédesseur. J’ai largement préféré le second (alors que j’avais déjà beaucoup aimé A Normal Lost Phone), j’ai pris plus de temps pour piger pourquoiest-ce que ce téléphone avait été abandonné, les “énigmes” m’ont fait davantage réfléchir et nécessitaient de reconstruire mentalement le quotidien des personnages, l’interface était plus chiadée, bref ces jeux sont devenus ma valeur sûre de mes temps dans les transports en commun.

Hidden Folks

Pareil, déjà joué. Où est Charlie dans des écrans immenses, animés et sonores. Mon meilleur ami lors des interventions de piètre qualité lorsque je suis en formation.

Bury Me My Love

Installé, j’y jouerai dès que j’aurai de nouveau des temps de transport.

Do not feed the monkeys

Car j’allais avoir du mal à me poser dessus en festival, mais il m’intrigue vraiment.

Et voilà pour cette édition d’IndieCade. Une bonne journée donc, et je regrette de ne pas avoir pu y passer les deux journées histoire d’aller voir un peu les jeux de société et les autres jeux auxquels je n’ai pas joué !

Les 12 heures de la BD amateure 2017

At the end of January the 12 hour amateur comic day happened; an event in which you have to make 12 comic pages during 12 hours. Of course it’s inspired by the 24 hour comic day, but we lazy-ass took it easy when we created it back in the day (hell, it’s already been 7 years!). More seriously, we just couldn’t take 24 hours off considering our jobs, so yes, we toned the challenge down a little.

What I remember from my first participation is… how easy it all seemed. I came without questions, tried to reach the goal : “make 12 pages !!”, and was happy when it was done.

And that’s how Mission : Life came to life in 2011.

The years came by, reaching the goal became “easy” (let’s rather say I became sure of my ability to make it) and other questions started to pop up : shouldn’t I try to reach a better result? am I not taking the easy path by always relying on an easy final twist to make sure the story created an emotional impact? so year after year I tried to have some new objectives such as “trying to make a slice of life story”, “not relying on a final twist”, etc etc.

Finale : let’s hatch for hours!

Last year I even decided to scrap the 12 hour constraint to be able to get a better graphic result. That was Finale, and while the result was polished, I thought it lacked in… whatever my first participations had. Boldness?

So this year I tried to come back to my old formula : a final twist, strong black and white contrasts. An easy recipe, but apparently, it’s one I like.

So Void was born, and I think it’s my favourite participation for this challenge so far. I even got attached to these characters, which is really rare for me.

I still admire authors who are able to create emotions without relying on twists though. One day I’ll have to get to it. In 12 pages though, it’s not easy.


► The 12 hour amateur comic day is a french yearly event which takes place at the end of January. French speaking people can get more information about it here.

► You can read the other contestants participations here (french only though).

Enregistrer

Enregistrer